logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

  [verso-hebdo]
28-09-2017

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Actualité de Cézanne

La chronique de Pierre Corcos
It's so Nice !

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Pignon-Ernest : transformer notre conscience du réel
Ernest Pignon-Ernest et André Velter forment depuis longtemps un tandem artistique et littéraire hors du commun. Ils ont notamment publié, en 2015, un éblouissant ouvrage à propos de la présentation en divers lieux des « figures de l'extase » du premier (Pour l'amour de l'amour, Gallimard) avec des textes du second, dans lesquels il s'adressait en les tutoyant aux plus grandes parmi les saintes ayant connu l'extase mystique. Les voici qui renouvellent leur féconde collaboration avec Ceux de la poésie vécue (Actes Sud). André Velter, lui-même un des plus importants poètes de sa génération, nous présente ses frères du passé, dont Pignon-Ernest nous donne de puissants portraits, lui qui a déjà imaginé les visages de plusieurs génies dont le plus célèbre a été celui d'Arthur Rimbaud.

Tout se passe comme si, depuis des années, Ernest Pignon-Ernest suivi par son complice André Velter, cherchait à répondre à une question philosophique classique : « L'art transforme-t-il notre conscience du réel ? » Si le réel c'est Arthur Rimbaud, ou un homme anonyme solitaire dans une cabine téléphonique, ou Antonin Artaud, le sida à Soweto, Jean Genet, les extases de Catherine de Sienne ou de Thérèse d'Avila... alors oui, franchement, je peux dire que l'art, en l'occurrence celui de Pignon-Ernest accompagné du verbe étincelant de Velter, transforme puissamment ma conscience du réel. Mieux : il peut me révéler un réel que je ne soupçonnais pas. Mais, tout d'abord, quelques précisions. Pignon-Ernest n'est pas peintre, ni sculpteur, il dessine exclusivement. Je prétends même qu'il est un des plus grands dessinateurs de toute l'histoire de l'art. Ses dessins - de grands fusains en général - ne sont pas destinés à être exposés dans les galeries et les musées : ce sont des matrices pour des sérigraphies qui seront collées dans les villes. En 1978, il a voulu rendre hommage à Rimbaud et il a inventé son portrait à partir des rares photographies de lui qui nous sont parvenues. Mais il l'a débarrassé de sa lavallière et revêtu d'un jean car le poète des Illuminations est notre contemporain.

Le dessin est d'inspiration classique dans la forme (Pignon-Ernest a atteint un niveau de maîtrise équivalent à celui que l'on pourrait prêter au Caravage ... s'il avait dessiné !), mais ce qu'il fait de sa prodigieuse technique n'est pas du tout classique. Pour en rester à Rimbaud, cette image a été imprimée en sérigraphie, en noir, « simplement et sans tramage (l'absence de trame pourrait faire l'objet d'une réflexion du même type que je fais à propos du papier » explique l'artiste), sur un papier très ordinaire, du papier-journal, récupéré des chutes de rouleaux sorties vierges des rotatives. Quand on rencontre cette image dans la rue, cette pauvreté, cette vulnérabilité du papier est évidente. Même sans y penser tout à fait, de la même façon que l'on reçoit le dessin, on en perçoit son caractère éphémère, sa fragilité. Sa disparition est inscrite dans l'image même, elle en est - autant que ce qui compose le dessin - un des éléments suggestifs et poétiques. Si le dessin a ému, la perception simultanée de sa destruction programmée est d'autant plus troublante et forte, que l'on en ait conscience ou pas ».

Oui, le dessin a ému, comme nous bouleversent les portraits de Nerval, Baudelaire, Verlaine, Apollinaire, Cendrars, Maïakovski, Eluard, Artaud, Aragon, Garcia Lorca, Michaux, Desnos, Hikmet, Neruda, Char, Genet, Pasolini et Darwich qui forment le livre. Pourquoi ceux-là ? Parce qu'ils sont de la famille de Rimbaud. Le fanatique de l'indépendance individuelle, le passionné de liberté ne saurait être mis, pas plus que les autres, au service de quelque lutte que ce soit, sinon celle qui annonce « l'éternité sur le champ ». Or seul l'art est susceptible de nous la donner, parce que seul il peut transformer notre conscience du réel : l'art de certains poètes et celui de Pignon-Ernest en tout cas.

www.pignon-ernest.com
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
16-03-2017
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°104

L'artiste du mois : Marie-Cécile Defline
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
presidentielle

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com