logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

MARTIAL RAYSSE

CHAMPION MÉTADIER
Transit

Jean Clerté
Dans mes tiroirs

Exposition organisée à l’occasion de la parution du livre "Dans m...

Aurélie Dubois
VOIR PEUT-IL RENDRE FOU?

Accueil > Insolite ou le cabinet de curiosités Insolite ou le cabinet de curiosités
Œuvres de la collection du Frac Bretagne

Thibault HAZELZET
Mars et la Méduse

CALL FOR ARTISTS: ALCHEMIC BODY | FIRE . AIR . WATER . EARTH
Extended deadline: April 07, 2017

Dianne Bos - The Sleeping Green.
Un no man’s land cent ans après

GEORGES PACHECO
AMALTHEE

THE MOVEMENT OF CLOUDS AROUND MT. FUJI
Photographed & filmed by Masanao Abe

Exposition de Helmut Völter

Virginie Hervieu-Monnet
Activité

  [verso-hebdo]
13-09-2018

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Splendeur et misère d'un grand musée

La chronique de Pierre Corcos
Violence et passions

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Éloges de la sensualité
Le pastel n'est pas sujet à noircir, ou jaunir, avec le temps. L'extrême fraîcheur de ses coloris, ses délicates nuances lui confèrent une sensualité que sa remarquable aisance à traiter l'incarnat, et donc les douceurs de la chair, également les étoffes soyeuses, vient accroître. Avec juste le bout des doigts (sensualité, donc également, de cette pratique), ou une estompe, les traits juxtaposés du pastel peuvent être fondus entre eux par l'artiste. De là cet aspect mat et velouté du pastel qui lui est spécifique, et concourt à une bonne partie de son charme. Pas d'ombres ni de rugosités : il n'est donc pas étonnant que l'on appelle « couleurs pastel » des teintes claires et douces ; pas étonnant non plus que la seconde moitié du 17ème siècle, et surtout le 18ème siècle, si hédoniste pour ses privilégiés, se soient entiché de cette technique (qui commença, en France et en Italie, à être déjà utilisée vers la fin du 15ème siècle), et que de radieux et séduisants portraits aient, sous les touches rapides de ces bâtonnets, vu le jour. Maniés par des virtuoses comme les Maurice Quentin de La Tour, Rosalba Carriera, Jean-Baptiste Perroneau, Élisabeth Vigée-Lebrun, Jean-Étienne Liotard, Jean-Baptiste Siméon Chardin, Robert Nanteuil, etc., lesdits bâtonnets produisirent de lumineux chefs-d'oeuvre, au croisement du dessin et de la peinture. Belle concrétisation imagière du Siècle des Lumières !
Il se trouve que la collection de pastels européens des 17ème et 18ème siècles que possède le musée du Louvre n'a guère d'équivalent dans un autre musée, que l'exposition En société - Pastels du Louvre des 17ème et 18ème siècles (jusqu'au 10 septembre) nous offre une large perspective (plus de 120 pastels) de cet art bien français, et chante, par cette technique et ces couleurs, une sensualité, un amour de la vie tout à fait réjouissants. Grâce à Xavier Salmon, commissaire de l'exposition, on (re)découvre d'autres talents, comme les Gounod, Hoin, Roslin, Boze (portrait inachevé de son épouse, d'une discret érotisme), et l'on va même jusqu'à Prud'hon, mais c'est déjà le tout début du 19ème ... Et le pastel trouvera d'autres biais. On revoit quelques chefs-d'oeuvre, tel le Portrait en pied de la marquise de Pompadour par le « prince des pastellistes », Quentin de La Tour, on découvre (nouvelle acquisition) l'effigie de l'acteur Lekain par Lenoir. Lorsque, le premier sans doute, Joseph Vivien (1657-1734) s'était spécialisé dans le portrait exécuté exclusivement au pastel, et dans les mêmes dimensions que ceux peints à l'huile, « la critique lui accorda rapidement que le pastel avait l'avantage d'être plus frais, plus brillant, plus vrai car s'approchant de la chair », comme un cartel le mentionne. Chairs roses et potelées, charmants sourires, moires des satins et transparences légères des gazes : la clientèle se faisait sans doute représenter sous un jour avantageux où primaient insouciance et joie de vivre, luxe et volupté... Révélées par une délicate poudre colorée, souvent comparée à celle couvrant les ailes des papillons, toutes ces oeuvres, par leur extrême fragilité, brillance, semblent nous conter un bonheur subtil, une précieuse sensualité.


Dans le prolongement à la fois éthique et esthétique de cet éloge coloré de la sensualité, un gros et beau livre, bourré d'oeuvres d'art reproduites, plus ou moins connues, livre sortant de l'ordinaire, venant conforter un éloge de l'hédonisme, et asseoir une critique des religions. Il s'agit de l'essai de Vitaly Malkin, Illusions dangereuses - Quand les religions nous privent de bonheur (éditions Hermann, 448 p., 22 euro). L'auteur a ce parcours sinueux, inaccoutumé favorisant des créations hétérodoxes dans la forme, que la tradition universitaire en général tient à distance. Chercheur en physique d'abord, puis homme d'affaires, banquier, sénateur, ce citoyen russe polyglotte, érudit, s'est passionné pour la philosophie et les arts. Son ouvrage, très documenté et passionnant à lire - s'il ne s'embarrasse pas trop des réticences habituelles quant au point de vue personnel du chercheur, ni des méthodes canoniques universitaires - surgit à point nommé dans l'inquiétant contexte actuel d'un retour tonitruant du religieux en sa version intégriste, fondamentaliste. Une version marquée par le puritanisme (parfois hypocrite d'ailleurs), la mortification, le fanatisme et la misogynie. La critique des religions se nourrit de nombreuses sources (matérialisme, courants libertins, marxisme, freudisme, etc.), mais celle qui inspire le plus Vitaly Malkin est à la fois voltairienne et nietzschéenne. Le choix de certaines peintures, saisissantes, rappelle à tous ceux qui l'oublieraient trop vite combien la condamnation des plaisirs, le dégoût, la détestation de la chair - au nom d'un sacrifice rédempteur, d'une adoration exclusive du divin - furent essentiellement l'apanage des grandes religions monothéistes... On le sait bien, soupireront les lettrés. Mais, face à l'offensive des bigots, sectaires, tartufes, calotins se régalant de censures comminatoires ou, pire, osant jusqu'à l'acte criminel, il faut réactualiser ce savoir, et répéter avec Vitaly Malkin que le supposé Mal n'a rien à voir avec la sensualité, les plaisirs. Spinoza écrivait déjà (« Éthique », IV) : « Seule assurément une farouche et triste superstition interdit de prendre des plaisirs ».
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
21-06-2018
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°111

L'artiste du mois : François Lelièvre
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com