logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

MARTIAL RAYSSE

CHAMPION MÉTADIER
Transit

Jean Clerté
Dans mes tiroirs

Exposition organisée à l’occasion de la parution du livre "Dans m...

Aurélie Dubois
VOIR PEUT-IL RENDRE FOU?

Accueil > Insolite ou le cabinet de curiosités Insolite ou le cabinet de curiosités
Œuvres de la collection du Frac Bretagne

Thibault HAZELZET
Mars et la Méduse

CALL FOR ARTISTS: ALCHEMIC BODY | FIRE . AIR . WATER . EARTH
Extended deadline: April 07, 2017

Dianne Bos - The Sleeping Green.
Un no man’s land cent ans après

GEORGES PACHECO
AMALTHEE

THE MOVEMENT OF CLOUDS AROUND MT. FUJI
Photographed & filmed by Masanao Abe

Exposition de Helmut Völter

Virginie Hervieu-Monnet
Activité

  [verso-hebdo]
11-10-2018

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Caravage : ce qui manque à une belle expo pour faire une grande expo

La chronique de Pierre Corcos
Dans la trame du western

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Dans la trame du western
Idéalisation de la « Conquête de l'Ouest », enivrement d'un territoire si vaste, exaltation libérale de l'esprit pionnier et de l'individu audacieux, confiance réitérée dans la Constitution, le Droit et la Bible, justification du port d'armes individuel, grand récit national où se légitime la violence : tout ce que représente le western pour les Américains dépasse, sans aucun doute, le simple genre cinématographique pour se faire représentation collective où l'idéologie et, plus rarement, une conscience critique occupent toute leur place. Mais, justement parce qu'il était soutenu par toute cette exaltation des « valeurs » américaines, ce genre cinématographique, dès le muet, a fait florès, jusqu'à produire à la longue ses thèmes récurrents, ses figures de style, ses archétypes, bref sa trame obligée. Au point que, dans sa phase de déclin, le genre a été investi et récupéré par des réalisateurs étrangers à la culture américaine (Sergio Leone et le « western italien ») et que, sans cesse estimé défunt, on le voit resurgir étonnamment. Le défi est alors d'en garder la trame essentielle tout en l'emplissant de figures nouvelles, de trouvailles stimulantes. Et préfigurant d'autres tentatives...

La réussite du « western » (en est-ce un au final ?) Les Frères Sisters par le réalisateur français Jacques Audiard, d'après le roman éponyme du canadien Patrick deWitt, tient autant en d'appréciables inventions formelles, en quelques décalages sur les figures obligées du genre, que dans un vrai questionnement sur l'utopie opposée à la violence, le tout se nichant avec originalité dans la trame du western... 1850, échanges de tirs au colt, poursuites au galop de l'Oregon à la Californie, ruée vers l'or frénétique, « outlaws » et tueurs à gages, grandioses paysages, veillées au feu de bois, scènes remuantes de saloon, whisky en abondance, règlements de compte sanglants : on est bien ici dans l'espace-temps, les « topoï », la trame du western semble-t-il. Et l'histoire, résumée en quelques lignes, résonne à des oreilles blasées comme une antienne vingt fois entendue : engagés par un commodore, deux tueurs à gages champions de la gâchette, les frères Sisters, doivent faire avouer son secret à Hermann Warm - un chimiste qui a trouvé la formule d'une substance corrosive permettant de rendre visible l'or au fond des rivières -, puis éliminer le bonhomme. Un détective, John Morris, est censé déjà retrouver le chimiste, gagner sa confiance, puis renseigner les frères Sisters. Mais le détective se prend d'amitié pour ce chimiste. Les frères Sisters, après avoir été surpris et faits prisonniers par Morris et Warm, finissent par s'allier avec eux pour se défendre contre d'autres tueurs envoyés par le commodore, et surtout commencer à prospecter les rivières aurifères avec ce nouveau procédé. Mais les choses tournent fort mal, même si les frères Sisters finissent par rentrer chez leur mère pour commencer peut-être un autre vie...
Des premiers éléments de type freudien, pointant l'héritage névrotique et traumatisant du père et les attitudes antagonistes des deux frères, Eli (John C. Reilly) et Charlie (Joaquin Phoenix), vont fournir quelque épaisseur existentielle à ces tueurs à gages, qui auraient été réduits à des pantins tireurs dans la majorité des westerns. Par ailleurs, loin d'être seulement un chercheur d'or plus malin et savant que les autres, Warm (Riz Ahmed) s'avère être un utopiste, voulant utiliser l'or pour construire une cité socialiste, implantée à Dallas, laquelle détournerait les hommes de la violence... Dans l'univers brutal, individualiste, impitoyable et archéocapitalistique du western, ce genre de personnage reste aussi peu probable qu'une orchidée dans la boue de Verdun. Il procède cependant, à sa façon originale, de quelques figures d'idéalistes traversant, ici et là, le genre du western. Enfin, la figure du détective Morris (Jake Gyllenhaal) évoque plus un écrivain qui réfléchit qu'un limier qui enquête. Alors, western littéraire, philosophique, anti-western que Les Frères Sisters ? Les puristes du genre n'ont pas aimé. Peut-être pour d'autres raisons... N'est-il pas extraordinaire que les premiers moments de fusillades se passent dans le noir le plus total, frustrant un public venu se régaler des séquences emblématiques du genre ? Ne voit-on pas un certain nombre de scènes, superfétatoires pour les mêmes puristes, qui font pourtant gagner en vraisemblance historique (premiers usages de la brosse à dents par exemple) ou naturelle (l'araignée qui entre dans la bouche d'Eli Sisters endormi) ce qu'elles font perdre en mythologie attendue ? Et la musique du film, signée Alexandre Desplat, ne bouscule-t-elle pas, à sa façon « jazzy », les conventions pompeuses et emphatiques du genre ? Puis on trouve des plans tout à fait surprenants, comme cette plongée prise en verticale parfaite au-dessus des protagonistes, ou certains gros plans plutôt décalés par rapport à l'action.

Mais, à partir de la trame du western, Jacques Audiard ne s'est pas contenté de tisser son étoffe personnelle, ou de se livrer à des variations françaises sur un genre américain : il a véritablement interrogé la violence et l'avidité qui, derrière les images idéalisées et mystifiantes de la conquête de l'Ouest, se déchaînent continuellement en fait. Et son poétique, onirique et philosophique détricotage du western et de sa trame ne peut à l'évidence convenir à tous les « croyants » du genre.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
11-10-2018
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°111

L'artiste du mois : François Lelièvre
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com