logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

en collaboration 1
Ernst Stark-Ilka Helmig

La Biennale Internationale Design Saint-Etienne invite les parisiens à venir fêter la St-Valentin du 14 au 17 février : sous la Passerelle ME+YOU=NOUS - Place du Palais Royal
Venez poursuivre l’expérience ME+YOU=NOUS à La Biennale Internationale Design Saint-Etienne ...

Pierre Marie Lejeune
œuvres personnelles et œuvres croisées avec
Niki de Saint Phalle

Inta RUKA
"PEOPLE I KNOW"

Cinétisme 1ᵉ, 2ᵉ, 3ᵉ génération

Jean Boghossian
Rytmes et matieres

Chloé Poizat
DES RAMEAUX FRÊLES ET FRAIS COMME DES DOIGTS DE FEMME

LE GALOP DU NATUREL
Images numériques et art vidéo

Jean-Baptiste Grangier
Pour construire un monde…
(encore faudrait-il préserver le nôtre)

À PREMIÈRE VUE

Julia Gault
Onde de submersion

Stéphane Thidet
Le Tour du vide

 
[idées]
08-04-2016

Retour « à la campagne » pour les artistes chinois
à la Fondation Louis Vuitton
Par Myriam Dao

La tradition, un concept « exploité » ?

chinois fondation Louis Vuitton Comme toujours en Chine lorsqu’il y a engouement, celui-ci est de grande ampleur. Et je constate que le goût nouveau pour la « campagne » et les « traditions » ne concerne pas que les intellectuels -- comme l’architecte Wang Shu [2], devenu la coqueluche des occidentaux, qui s’inspire d’un retour aux sources – il s’étend aussi aux professionnels du tourisme. J’aurais dû commencer par là. Les terres qui jadis étaient reléguées à la périphérie du territoire chinois, difficiles d’accès et pauvres en industries et en ressources, ces terres donc, se trouvent être peuplées de nombreuses ethnies minoritaires, et, fait nouveau, leur paysage est « classé au patrimoine mondial de l’Unesco ». (cf la capture d’écran de la vidéo  Character & 7 Materials  de Tao Hui qui met en scène, des jeunes filles coiffées de bonnets des minorités ethniques). Par conséquent, pauvres qu’elles étaient, les voici maintenant riches d’un potentiel touristique : riches d’un folklore très prisé depuis une vingtaine d’années par les touristes chinois et appréciés des occidentaux pour leurs paysage, architecture et « authenticité ». Le local, pour un monde global.

chinois fondation Louis Vuitton Dans les années 90 en Chine il y a eu une vaste campagne auprès des intellectuels, dans les universités visant à inculquer aux étudiants la « fierté chinoise », sorte de mouvement de « sinitude » que l’on pourrait comparer, de très loin, à celui de la « négritude ». Il s’agissait d’exalter une conscience culturelle « nationaliste » , de prôner la grandeur de la civilisation chinoise et de revendiquer une identité forte. En mettant en avant les inventions de l’empire du milieu, comme par exemple la porcelaine. Mais certains ne sont pas dupes. Pour Qiu Zhijie, qui expose une vaste fresque, From Huaxia to China, le rôle de l’artiste consiste à révéler des prises de conscience, des doutes. Invité à s’exprimer à la Fondation par Philip Tinari, co-commissaire de l’exposition Bentu, l’artiste a énoncé sa conception de « l’exploitation » de la tradition, exploitation qu’il condamne et qu’il définit comme suit : c’est un usage de la tradition qui se contente d’en exploiter l’apparence, les stéréotypes, sans chercher, ni à les comprendre, ni à les déconstruire ou à les approfondir, et non plus à les faire évoluer. Sa critique visait-elle un type d’œuvre en particulier ? Immédiatement, j’ai pensé à l’œuvre de Xu Zhen, New, visible dans la Fondation. Représentant la déesse Guanyin bariolée des couleurs de l’arc en ciel, il s’agit d’une œuvre qui exploite la tradition de façon un peu trop littérale, un symbole détourné dans lequel perce une réminiscence du style « political pop ». Du local globalisé, en quelque sorte.(...)

[2] Wang Shu, architecture expérimentale et écologique
http://www.citechaillot.fr/fr/auditorium/colloques_conferences_et_debats/ les_entretiens_de_chaillot/24679-wang_shu.html.


retour Page 2/5 suite
 
  Richard Streitmatter-Tran
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com