logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

CHERVINE

Ludovic Chemarin© Histoire sans fin
rendez-vous 2 - samedi 9 mars 16h . Souvenirs . Pierre David (artiste) et Georges Verney-Carron (...

Pierre Marie Lejeune
œuvres personnelles et œuvres croisées avec
Niki de Saint Phalle

MILES HYMAN
carnet de voyage Rome

Cinétisme 1ᵉ, 2ᵉ, 3ᵉ génération

Chloé Poizat
DES RAMEAUX FRÊLES ET FRAIS COMME DES DOIGTS DE FEMME

LE GALOP DU NATUREL
Images numériques et art vidéo

Jean-Baptiste Grangier
Pour construire un monde…
(encore faudrait-il préserver le nôtre)

À PREMIÈRE VUE

Julia Gault
Onde de submersion

PABLO VALBUENA
Si le temps est un lieu
Première exposition monographique en France

À l’Est de Bamako
Que sont devenus les étudiants Maliens formés en ex-URRSS

 
[idées]
5-04-2014
Super-héros, rendons justice…
par Myriam Dao

Justiciers

L’origine des super-héros dans les Comics Books américains est étroitement liée à la Seconde Guerre Mondiale. Sauver le monde, le protéger contre l’ennemi : c’est le combat que mènent les super-héros. La première Société de Justice d'Amérique nait dans les années 1940. En font partie Superman de Joe Shuster et Jerry Siegel, Batman de Bob Kane (créés en 1938), Wonderwoman (entrée en 1941 pour combattre les Nazis), Flash, pour ne citer que les personnages les plus célèbres. Le patriotique Captain America, inventé en 1941 par Jack Kirby et Joe Simon, porte un costume aux couleurs du drapeau américain. Ces personnages sont passés au rang d’icônes, - en particulier Superman dont le Pop Art s’est emparé à partir des années 60, et Hollywood a su les faire évoluer jusqu’à maintenant à travers le cinéma avec le succès que l’on connaît.Captain America 1941 La dimension mythologique des super-héros ne nous aura pas échappé. Certains y voient le prolongement du Golem, personnage mentionné dans le Talmud. Batman défend le Gotham, nom donné à une ville de fiction qui n’est autre que New York, ville parfois désignée comme une « Babylone moderne »…La Cité du Mal…

Captain Rugged (rugged : robuste), au Nigeria, pourrait incarner pour l’Afrique ce que Captain America était en son temps : un redresseur de torts. Si l’image des super-héros américainsCaptain Rugged est indissociable de celle d’un New York (Gotham City) ultra urbain et en proie à des attaques multiples, celle de Captain Rugged se veut attachée à Lagos, cité urbaine de 20 millions d’habitants, chaotique et bouillonnante, où l’on voit coexister des sphères ultra protégées, - comme les iles Ikoyi et Victoria véritables « signes extérieur de richesse », et un monde rongé par la misère sociale, en proie à la pire corruption, et où le kidnapping est la bouée de sauvetage d’une ruine entamée.

Et Captain Rugged arrive…il brandit son arme musicale, tel le morceau « Afronewave » au son rugueux, et des paroles qui évoquent l’identité, la race, le colonialisme, les relations humaines. « Il faudrait regarder tous ces Africains qui quittent leur pays, s’en vont ailleurs pour essayer de survivre, nourrir leur famille, comme des super-héros. Parce que c’est héroïque en quelque sorte. » nous dit Keziah Jones.

retour Page 2/3 suite
Myriam Dao
5-04-2014
  superh�ros
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com