logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

MARTIAL RAYSSE

CHAMPION MÉTADIER
Transit

Jean Clerté
Dans mes tiroirs

Exposition organisée à l’occasion de la parution du livre "Dans m...

Aurélie Dubois
VOIR PEUT-IL RENDRE FOU?

Accueil > Insolite ou le cabinet de curiosités Insolite ou le cabinet de curiosités
Œuvres de la collection du Frac Bretagne

Thibault HAZELZET
Mars et la Méduse

CALL FOR ARTISTS: ALCHEMIC BODY | FIRE . AIR . WATER . EARTH
Extended deadline: April 07, 2017

Dianne Bos - The Sleeping Green.
Un no man’s land cent ans après

GEORGES PACHECO
AMALTHEE

THE MOVEMENT OF CLOUDS AROUND MT. FUJI
Photographed & filmed by Masanao Abe

Exposition de Helmut Völter

Virginie Hervieu-Monnet
Activité

 
[idées]
11-05-2015

Entretien avec Diane Ducruet, photographe.
Propos recueillis par Christophe Cartier

koonsEn octobre 2014 à l’occasion du mois de la photo à Paris, une partie de ton travail de la série « Mère et Fille II » a été mis en lumière, malgré toi, car il a été l’objet d’une polémique injuste se focalisant sur une image de cette série en ignorant sciemment l’ensemble de tes recherches sur la famille depuis plus de vingt ans. Nous ne reviendrons pas sur cet incident, préférant évoquer avec toi quelques-unes de tes séries qui ont émaillé ces vingt ans.

En quoi tes parents qui sont eux aussi artistes ont eu une influence dans le développement de ton travail ?

C’est de l’ordre de la transmission, une bibliothèque que mes parents ont mis très tôt à ma disposition, ainsi que des échanges artistiques quotidiens. Il y a eu l’apprentissage de la technique photographique et l’expérience du laboratoire, le développement noir et blanc. La découverte de l’histoire de l’art, de la peinture, ont influencé mon choix afin d’avoir à mon tour une pratique artistique.

 

Comment as-tu envisagé de travailler essentiellement sur le thème de la famille ?

Le choix du sujet s’est imposé naturellement par la disponibilité des modèles en l’occurrence mon père, ma mère, mon frère ou même les animaux domestiques. Du fait de leur propre démarche, ils sont devenus mes premiers modèles grâce à leur disponibilité et leur compréhension. L’objet du travail n’a rien à voir avec le reflet de la cellule familiale avec ses tourments intimes ou ses rebondissements relationnels, ou avec le lien biologique, mais encore moins avec le reflet de la réalité biographique. Ce qui est en question dans mon travail, c’est cette notion de transmission de la pratique artistique, langage commun intégré dans un quotidien, l’expérimentation au quotidien, la construction du regard, et le dialogue entre les différentes pratiques (peinture, photographie, dessin par exemple). C’est cet ensemble d’éléments qui a fait que je me suis intéressée à la famille plutôt qu’à un autre sujet.

 

koons C’est donc un travail avec ta famille ?

Ce n’est pas un travail documentaire. C’est un travail avec. J’ai été peinte par ma mère, photographiée par mon père, lorsque j’étais enfant et devenue adulte. Et tout naturellement je leur ai demandé d’intervenir dans mon travail. Il y avait donc une interconnexion du travail les uns avec les autres, ceux-ci répondant à ceux-là par de nouvelles propositions… Un peu comme des poupées russes. S’en suivaient également des discussions, à savoir comment représenter un enfant, un père? Le père se déguisait, se grimait, faisait des autoportraits, cela rebondissait de mon côté sur un travail par la suite d’autoportrait, avec un but tout autre.

 

  Page 1/4 suite
Pour en savoir plus sur le travail de Diane Ducruet consultez son site web :
www.dianeducruet.com
  Jeff Koons sans ironie
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com
     
petrova petrova petrova petrova petrova petrova