logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

MARTIAL RAYSSE

CHAMPION MÉTADIER
Transit

Jean Clerté
Dans mes tiroirs

Exposition organisée à l’occasion de la parution du livre "Dans m...

Aurélie Dubois
VOIR PEUT-IL RENDRE FOU?

Accueil > Insolite ou le cabinet de curiosités Insolite ou le cabinet de curiosités
Œuvres de la collection du Frac Bretagne

Thibault HAZELZET
Mars et la Méduse

CALL FOR ARTISTS: ALCHEMIC BODY | FIRE . AIR . WATER . EARTH
Extended deadline: April 07, 2017

Dianne Bos - The Sleeping Green.
Un no man’s land cent ans après

GEORGES PACHECO
AMALTHEE

THE MOVEMENT OF CLOUDS AROUND MT. FUJI
Photographed & filmed by Masanao Abe

Exposition de Helmut Völter

Virginie Hervieu-Monnet
Activité

 
[idées]
25-03-2014
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier

La fugacité du temps, la fragilité de la vie, la vieillesse et la mort sont à l'œuvre dans le polyptyque "Four Hands". C'est l'œuvre la plus forte, la moins bavarde, sorte de « Vanité » animée. Ailleurs, on a trop souvent le sentiment d’être face à ce que le Grand Palais a qualifié de « tableaux vivants », de par le recours de Bill Viola à un dispositif de plan fixe dans lequel seuls les personnages évoluent.

« Chott el-Djerid, Walking on the Edge, et The Encounter », présentent des marcheurs qui ne se déplacent pas dans l’espace, mais y évoluent seulement de manière allégorique : deux hommes, l’un jeune, l’autre âgé, éloignés à deux extrémités gauche et droite, marchent en se rapprochant du milieu, jusqu’à se croiser dans « Walking on the Edge ». De la même façon, « The Encounter » est la rencontre de deux femmes d’âges distincts qui se rapprochent pour échanger le savoir. Il est à noter que la fluidité de la démarche de ses personnages féminins, amplifiée par le flottement des drapés qu’elles ont revêtus, n’est pas sans rappeler quelques personnages préraphaélites. L’espace y est traité de manière frontale, et même lorsque les personnages se meuvent, le fond de l’image, le décor, ne s’éloignent pas. La distance semble effacée, l’échelle du paysage à l’arrière ne varie pas, ce dont les photographies du catalogue attestent de façon très nette.

On retrouve le même procédé filmique dans le « The Path », vision frontale, les personnages évoluent, mais la caméra est fixe. Seule la vidéo « Reflecting  Pool», restitue un espace plus « mouvant » par les variations de la luminosité, mais, encore une fois, il s’agit du temps qui passe, pas de déplacement spatial.

Ces partis pris esthétiques, - plan fixe et frontalité, rendent les œuvres de Bill Viola hautement «photogéniques », en en faisant, d’une certaine manière, des images iconiques.

L’eau, les Pompiers et les Symbolistes

Si l’eau est un thème récurrent dans l’œuvre de Viola, il est à noter que la plupart de ses œuvres récentes présentées ici font appel à une postproduction très élaborée ayant recours au numérique. Il n’y a plus comme au commencement de son œuvre un enregistrement de la réalité et de son interprétation par les moyens de la vidéo mais une recréation complète aux allures de réalisme par l’intermédiaire de son imaginaire.

On y retrouve une tendance à la monumentalité, la pompe, le pompeux… jusque dans la notion « œuvres achevées ». Cela donne un effet léché, édifiant qui rappelle certains tableaux des peintres pompiers ….. Que le thème récurrent de l’eau vient renforcer. On retrouve en voyant ces grands « portraits immobiles » de gens sous l’eau prêt à se noyer, le mythe d’Ophélie que les symbolistes, entre autres, ont largement traité, - John Everett Millais en 1852 « Ophelia », et Alexandre Cabanel en 1883 «Ophélie », pour ne citer que les plus connus.

Bill Viola

retour Page 2/4 suite
Christophe Cartier
25-03-2014
  paparazzi
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com