logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

CHERVINE

Ludovic Chemarin© Histoire sans fin
rendez-vous 2 - samedi 9 mars 16h . Souvenirs . Pierre David (artiste) et Georges Verney-Carron (...

Pierre Marie Lejeune
œuvres personnelles et œuvres croisées avec
Niki de Saint Phalle

MILES HYMAN
carnet de voyage Rome

Cinétisme 1ᵉ, 2ᵉ, 3ᵉ génération

Chloé Poizat
DES RAMEAUX FRÊLES ET FRAIS COMME DES DOIGTS DE FEMME

LE GALOP DU NATUREL
Images numériques et art vidéo

Jean-Baptiste Grangier
Pour construire un monde…
(encore faudrait-il préserver le nôtre)

À PREMIÈRE VUE

Julia Gault
Onde de submersion

PABLO VALBUENA
Si le temps est un lieu
Première exposition monographique en France

À l’Est de Bamako
Que sont devenus les étudiants Maliens formés en ex-URRSS

 
[idées]
22-04-2014

De Mapplethorpe à Nancy Cunard… Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier

 

New York, 30 novembre 1986
Dear Mrs Cunard,

Merci pour votre franchise.
Merci de reconnaître la sincérité de mon propos sur la sexualité d’une certaineBill Viola jeunesse américaine, et plus particulièrement new-yorkaise. «J’essaie d’enregistrer le moment dans lequel je vis j’essaie de capter cette folie et d’y mettre un peu d’ordre. Ces images n’auraient pas pu être faites à une autre époque.(…) En fait je suis obsédé par la beauté. Je veux que tout soit parfait.» (*)

Bill ViolaMon attirance pour le corps des hommes est vraie. Magnifierle corps noir c'est lui rendre hommage, lui donner une place. Cette esthétique à laquelle je suis sensible, je la ressens devant des corps de femmes aimées ou admirées, dont j’ai voulu saisir la beauté dans «Female Torso» en 1978, et les portraits de Lisa Lyon. Les fleurs aussi, me plaisent. Quand j’en photographie une «Je m’immerge complètement dans cette fleur. J’adore mes photos de fleurs. Je les préfère même aux fleurs réelles.» (*)

Oui, il s’agit bien de la même chose : «Quand j’aiexposé mes photographies, j’ai essayé de juxtaposer une fleur, puis une photo de bite, puis un portrait, de façon qu’on puisse voir qu’il s’agit de la même chose». (*)Jean Genet offrait, dans «Journal du voleur» (1), ce sexe que je présente dans «Mark Stevens» en 1976, sacrificiel, comme sur un billot. Aujourd’hui, la photographie m’est apparue comme le moyen d’expression qui me convenait le mieux, mais «si j’étais né il y a cent ou deux cents ans, j’aurais sans doute été sculpteur» (*)

Je ne suis pas un militant. Je suis comme certains anarchistes. Je ne me sens pas d’affinité avec la société dans laquelle je vis et mon mode de vie va à l’encontre des valeurs admises. Mon art se nourrit de ce que je suis. «Je préfère participer à une fête plutôt que la consigner.» (*)

Bien à vous
Robert

 

retour Page 2/4 suite
  Mapplethorpe
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com