logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

MARTIAL RAYSSE

CHAMPION MÉTADIER
Transit

Jean Clerté
Dans mes tiroirs

Exposition organisée à l’occasion de la parution du livre "Dans m...

Aurélie Dubois
VOIR PEUT-IL RENDRE FOU?

Accueil > Insolite ou le cabinet de curiosités Insolite ou le cabinet de curiosités
Œuvres de la collection du Frac Bretagne

Thibault HAZELZET
Mars et la Méduse

CALL FOR ARTISTS: ALCHEMIC BODY | FIRE . AIR . WATER . EARTH
Extended deadline: April 07, 2017

Dianne Bos - The Sleeping Green.
Un no man’s land cent ans après

GEORGES PACHECO
AMALTHEE

THE MOVEMENT OF CLOUDS AROUND MT. FUJI
Photographed & filmed by Masanao Abe

Exposition de Helmut Völter

Virginie Hervieu-Monnet
Activité

 
[idées]
02-12-2015

Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao

Alors que je vois se dessiner une «Esthétique de la postcolonialité », le Jeu de Paume a invité la curatrice Erin Gleeson pour une programmation axée sur des artistes de l’Asie du Sud Est.

Au Jeu de Paume, rien n'est mis en œuvre pour effectuer un décentrement : le film de Nguyen Trinh Thi est relegué littéralement au dernier niveau de l'institution. Qui plus est, le titre du programme dans lequel la curatrice Erin Glesson a dû inscrire sa riche programmation en dit long sur la place à laquelle peuvent prétendre les artistes non-occidentaux : « Satellite ».

Nguyen Trinh Thi met en scène dans Lettres de Panduranga le peuple Cham et leur territoire l’ancien royaume Champa menacés par la construction d’une centrale nucléaire à l’horizon 2020 par le gouvernement vietnamien.

Mais d'où me vient cette impression d'exotisme ?

Dans  Lettres de Panduranga , si le « local » a remplacé « l'exotique », il tend à produire le même effet : la séduction – au sens intrinsèque du mot – il nous conduit ailleurs. Dans cette proposition curatoriale d'Erin Gleeson, tous les ingrédients sont réunis : du récit à la première personne, de l’archive coloniale, un soupçon de posture d'artiste en ethnographe, mais pas trop, de la mise en abîme avec une référence à une œuvre filmique occidentale – excellent choix par ailleurs ­ « Les Statues meurent aussi » – et enfin, un zeste de dissidence. Je m'interroge. La recette était la même avec l'artiste Khvay Samnang, dont la proposition artistique critique « L’Homme-Caoutchouc » était également inscrite dans le programme « Satellite ».

Le choix du lieu dont on parle et d'où l’on parle me laisse perplexe. Pourquoi avoir sélectionné des artistes si lointains ? Etait-ce fameux « régime de l'éloignement » dont parlait notamment Kader Attia ? Les sujets et les artistes sont si éloignés que cela ne renvoie pas DIRECTEMENT à nos problématiques nationales, qui, elles, ne seraient pas politiquement correctes. Il faut imaginer un artiste qui travaillerait sur la disparition, la persistance et/ou la résistance d'une culture menacée par des industries polluantes sur un territoire français. La Nouvelle-Calédonie ou la Guyane, au hasard…Pensez-vous que des institutions inviteraient cet artiste s’il ne parlait pas « de si loin » ?

  Page 1/3 suite
 

Richard Streitmatter-Tran Lettres de Panduranga (Letters from Panduranga),
un film de Nguyen Trinh Thi
Au Jeu de Paume jusqu’au 24 Janvier 2016
1 Place de la Concorde, 75008 Paris
Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran
Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran
  Richard Streitmatter-Tran
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com