logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

en collaboration 1
Ernst Stark-Ilka Helmig

La Biennale Internationale Design Saint-Etienne invite les parisiens à venir fêter la St-Valentin du 14 au 17 février : sous la Passerelle ME+YOU=NOUS - Place du Palais Royal
Venez poursuivre l’expérience ME+YOU=NOUS à La Biennale Internationale Design Saint-Etienne ...

Pierre Marie Lejeune
œuvres personnelles et œuvres croisées avec
Niki de Saint Phalle

Inta RUKA
"PEOPLE I KNOW"

Cinétisme 1ᵉ, 2ᵉ, 3ᵉ génération

Jean Boghossian
Rytmes et matieres

Chloé Poizat
DES RAMEAUX FRÊLES ET FRAIS COMME DES DOIGTS DE FEMME

LE GALOP DU NATUREL
Images numériques et art vidéo

Jean-Baptiste Grangier
Pour construire un monde…
(encore faudrait-il préserver le nôtre)

À PREMIÈRE VUE

Julia Gault
Onde de submersion

Stéphane Thidet
Le Tour du vide

 
[idées]
02-12-2015

Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao

Alors que je vois se dessiner une «Esthétique de la postcolonialité », le Jeu de Paume a invité la curatrice Erin Gleeson pour une programmation axée sur des artistes de l’Asie du Sud Est.

Au Jeu de Paume, rien n'est mis en œuvre pour effectuer un décentrement : le film de Nguyen Trinh Thi est relegué littéralement au dernier niveau de l'institution. Qui plus est, le titre du programme dans lequel la curatrice Erin Glesson a dû inscrire sa riche programmation en dit long sur la place à laquelle peuvent prétendre les artistes non-occidentaux : « Satellite ».

Nguyen Trinh Thi met en scène dans Lettres de Panduranga le peuple Cham et leur territoire l’ancien royaume Champa menacés par la construction d’une centrale nucléaire à l’horizon 2020 par le gouvernement vietnamien.

Mais d'où me vient cette impression d'exotisme ?

Dans  Lettres de Panduranga , si le « local » a remplacé « l'exotique », il tend à produire le même effet : la séduction – au sens intrinsèque du mot – il nous conduit ailleurs. Dans cette proposition curatoriale d'Erin Gleeson, tous les ingrédients sont réunis : du récit à la première personne, de l’archive coloniale, un soupçon de posture d'artiste en ethnographe, mais pas trop, de la mise en abîme avec une référence à une œuvre filmique occidentale – excellent choix par ailleurs ­ « Les Statues meurent aussi » – et enfin, un zeste de dissidence. Je m'interroge. La recette était la même avec l'artiste Khvay Samnang, dont la proposition artistique critique « L’Homme-Caoutchouc » était également inscrite dans le programme « Satellite ».

Le choix du lieu dont on parle et d'où l’on parle me laisse perplexe. Pourquoi avoir sélectionné des artistes si lointains ? Etait-ce fameux « régime de l'éloignement » dont parlait notamment Kader Attia ? Les sujets et les artistes sont si éloignés que cela ne renvoie pas DIRECTEMENT à nos problématiques nationales, qui, elles, ne seraient pas politiquement correctes. Il faut imaginer un artiste qui travaillerait sur la disparition, la persistance et/ou la résistance d'une culture menacée par des industries polluantes sur un territoire français. La Nouvelle-Calédonie ou la Guyane, au hasard…Pensez-vous que des institutions inviteraient cet artiste s’il ne parlait pas « de si loin » ?

  Page 1/3 suite
 

Richard Streitmatter-Tran Lettres de Panduranga (Letters from Panduranga),
un film de Nguyen Trinh Thi
Au Jeu de Paume jusqu’au 24 Janvier 2016
1 Place de la Concorde, 75008 Paris
Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran
Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran
  Richard Streitmatter-Tran
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com