logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
04-03-2021

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
« Après » selon Christian Boltanski

La chronique de Pierre Corcos
Les absents

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Les gens... Photographies
Pourquoi photographier des passants, des inconnus ? Des gens dans la rue ?... Les motivations esthétiques et para-esthétiques sont multiples, et les catégories de « photographie humaniste », de « street photography », etc. s'avèrent insuffisantes, quoique toujours utiles, pour rendre compte de cette multiplicité. Prenons la « street photography » : comment mettre dans le même casier conceptuel un Bruce Gilden cherchant dans la rue celles et ceux les plus à même d'incarner son expressionnisme (cf. Verso Hebdo du 8-10-20), et l'ouverture totale, anesthétique d'un Garry Winogrand (cf. V. H. du 1-16-14) ; la photographie de rue attentive aux solitudes urbaines d'un Louis Faurer (cf. V. H. du 13-10-16), et celle burlesque, voire surréaliste d'Helen Levitt ?... En revanche l'on dirait que dans la photographie humaniste au sens large, au-delà d'incontestables différences, un regard aimant, ou simplement positif, du photographe sur les gens soit toujours un préalable. C'est, en tous cas, ce que l'on est en droit de supposer en voyant deux expositions, apparemment sans rapport, mais où l'on retrouvera une même attitude de sympathie à l'égard d'inconnus croisés dans l'espace urbain.

Jusqu'au 20 février, à la galerie Les Douches (5, rue Legouvé Paris 10ème), voici une sélection de photographies de Sabine Weiss (née en 1924), classée habituellement dans ce courant de la « photographie humaniste ». Un bel ouvrage publié tout récemment, Émotions, Sabine Weiss (Éd. De La Martinière, 2020) montre bien, en 200 clichés, la démarche de celle qui disait : « Je pense qu'une photographie, pour être forte, doit nous raconter un aspect de la condition humaine, nous faire sentir l'émotion qu'a ressentie le photographe en face de son sujet ». Émotions, humanité... Sabine Weiss ne s'est pas contentée, comme d'autres photographes de la même mouvance, d'arpenter les rues de Paris. Le Portugal, New York, la Sicile ou l'Égypte : elle y promènera toujours ce regard empreint de tendresse, sympathie ou commisération pour les « gens de peu » (on pense au livre de l'anthropologue Pierre Sansot). Ici pour des lavandières, là pour un mineur, beaucoup pour la marmaille des rues, plus loin pour des badauds. La recherche de composition est loin d'être absente, mais n'atteint pas au systématisme d'un Cartier-Bresson. Ainsi Courses à Auteuil (1952) aligne quatre silhouettes masculines juchées sur des chaises, de dos, et en une parfaite oblique ; Les lavandières (1954) montre en plongée deux lavandières avec leur seau, penchées sur l'eau dans une curieuse symétrie. Mais l'émouvant Je suis un cheval (1954) vaut beaucoup plus pour la drôlerie de ces gamins en haillons, dont l'un serre une espèce de mors entre ses dents, que par son agencement ; de même, ce remarquable portrait de Jeune mineur (1954) saisit essentiellement l'humaine richesse d'un regard intense. La photographie des gens reste majoritaire dans cette exposition. Une poésie à la Jacques Prévert y enveloppe la monstration de la misère sociale, d'inspiration néoréaliste (il y a du cinéma dans certaines photos). Et le dialogue, la proximité avec des inconnus prévalent sur une recherche formelle, stylistique originale. S'intéresser aux gens ne va pas de soi, les aimer sincèrement dans leur humanité encore moins. Il émane des photographies prises avec cette attitude une gravité. La beauté peut en constituer un attribut.

À la galerie Les Filles du Calvaire (17, rue des Filles-du-Calvaire Paris 3ème) jusqu'au 20 février, l'exposition curieuse de la Néerlandaise Paulien Oltheten, Suitcase routines of the Improbable, paraît entretenir si peu de rapports avec la précédente qu'il serait normal, dans un premier temps, de considérer le moindre rapprochement comme pure provocation. D'abord, question de génération, Paulien Oltheten a 58 ans de moins de Sabine Weiss (autre temps, autres références), ensuite, dès l'entrée de cette exposition, le visiteur est confronté aux inévitables protocoles intentionnels et modes d'emploi laborieux dont l'art contemporain incline le plus souvent à se barder, et enfin la dimension schématique, analytique et systématique des travaux de Paulien Oltheten semble être la parfaite antithèse de l'attitude émotionnelle et spontanée de Sabine Weiss. Sauf que... Cet « épuisement » d'un lieu (quartier de La Défense, où elle a passé trois jours par semaine pendant six mois à observer, saisir les personnes de son objectif) avec ces gens qui le traversent n'a pas qu'une finalité d'inventaire à la façon d'un Georges Perec. Pas plus qu'il ne se réduit seulement à une performance, ou à de pures schématisations formelles, déchiffrables au premier étage. Car il suffit, dès le rez-de-chaussée, d'être attentif aux films où, sur l'écran gauche, Paulien Oltheten témoigne en toute simplicité de son rapport amical et de curiosité pour des inconnus, et d'être conscient de ce qu'implique sa façon de s'intéresser ainsi aux gens, à leur attitude, à ce qu'ils lisent, à leurs histoires personnelles, leurs drames sentimentaux ou leurs soucis quotidiens, pour se demander si, par-delà les dissimilitudes patentes de méthodes et résultats avec la « photographie humaniste », une même inspiration poétique, de sympathie narrative avec les gens et d'« humanisation » de l'acte photographique, ne vient pas aussi féconder ce travail.
Et ne fait pas de Paulien, au final, une lointaine parente de Sabine.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
17-02-2021
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°123

L'artiste du mois : Marie Sallantin
Stefano Soddu[MA&MD]
Pierre Delcourt
en quête d'un absolu du visible
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com