logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
27-01-2022

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Quel secret des décors de Delacroix ?

La chronique de Pierre Corcos
Idées fertiles pour la scène

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Une élégante distance
Élégance d'Arnaud Desplechin dans ses films. L'élégant est, étymologiquement, celui qui choisit (elegere ou eligere = choisir, en latin). Sélectionner sa tenue, sa conduite, son langage. Et donc se manifestent une maîtrise, une attention qui aboutissent le plus souvent à cet effet d'aisance, avec une intégration harmonieuse des éléments. Alors exit les lourdeurs du pathos, ou la recherche grossière, « impolie » (c'est-à-dire sans polissage) de l'effet...
On retrouve dans Tromperie, le dernier film d'Arnaud Desplechin, cette élégance qui lui aura permis d'adapter, transposer, envelopper de cette qualité esthétique discrète, le roman éponyme (publication en 1990) de l'auteur juif américain Philip Roth où - dans une veine tragique ashkénaze et une crudité yankee -, il était question de sexe, d'âge, de mort, de cancer, de mensonge, de folie, d'adultère et de solitude... Mais la version très française du cinéaste évoquerait, quant à elle, du Marivaux (Desplechin a déjà réalisé des mises en scène théâtrales, et voulu d'ailleurs adapter ce roman au théâtre), et même la drôlerie d'un Truffaut ou ces destructurations narratives à la façon de Resnais (deux réalisateurs qui l'ont marqué).
Les malicieuses attitudes de Philip, l'écrivain américain double de Roth (Denis Podalydès), les continuels rires, sourires et parades de sa maîtresse anglaise (Léa Seydoux), les jeux de langage permanents entre les protagonistes, et surtout les variations subtiles dans les modes de filmage (image virtuose : Yorick Le Saux) contribuent à cette distanciation. Ou plus exactement à cette « bonne distance » qui exclut autant l'identification au pathos que l'analytique froideur. Et il fallait cette bonne distance - empreinte d'une tendre et douce élégance - pour que puissent intervenir dans Tromperie, sans que le spectateur en soit frontalement heurté, tous ces personnages féminins meurtris, déchirés. Par exemple Rosalie (Emmanuelle Devos) hospitalisée à cause d'un cancer possiblement fatal, ou bien cette ancienne étudiante psychiatrisée, ayant subi des électrochocs (Rebecca Marder), ou encore cette exilée tchèque persécutée par la police politique (Madalina Constantin), ou enfin l'épouse en larmes de Philip (Anouk Grinberg), désespérée d'être ainsi trompée... Mais ici la parole, le dialogue, le tête-à-tête sauvent, maintiennent toujours le lien social, humain, que ces situations tragiques, extrêmes tendent à rompre. En cela précisément cette adaptation cinématographique du roman reste fidèle à l'humanisme juif et freudien de Philip Roth, écrivain que révère Desplechin. Ainsi il y a toujours « les mots pour le dire », et donc pour pouvoir échapper au malheur absolu. Mais il y a l'écriture également (l'écrivain et son stylo, ses cahiers, son lutrin, sa grosse machine à écrire), et enfin tous les livres garnissant ce décor calfeutré de garçonnière londonienne. Une bulle littéraire, théâtrale, un monde protégé donnant l'illusion que les médiocres horreurs de l'existence resteront dehors avec la pluie.

Par ses douze chapitres (saisons, lieux, etc.), le film de Desplechin semble se feuilleter agréablement comme un beau livre, trop lisse regretteront certains. Il permet aussi au spectateur, de passer d'un décor de théâtre au début (on dirait celui des Bouffes du Nord) à un authentique studio, également d'accéder illico à la scène évoquée dans telle ou telle histoire racontée. Et même de produire des scènes imaginaires, burlesques, délirantes comme celle où l'écrivain est jugé pour sa misogynie supposée par un tribunal de femmes fellinien (cf. La Cité des femmes). Tribunal qui, dans le contexte actuel du mouvement #MeToo, trouve une corrosive actualité... Le film permet enfin de changer avec aisance de pays et d'époque, de thèmes et de drames. On dirait en somme la parole associative et digressive d'un analysant. Avec, à l'autre bout d'ailleurs, cet écrivain analyste qui écoute attentivement (il se dit même « audiophile ») et note scrupuleusement les paroles de toutes celles qui s'épanchent, en direct ou par téléphone. Et, pour cela encore, le réalisateur français est en phase avec l'écrivain américain et son rapport à la psychanalyse (cf. Portnoy et son complexe). Alors psychanalyse ? Roman ? Théâtre ?... Cet aimable glissement entre les registres contribue à la séduction élégante, intellectuelle du film, laquelle peut aussi bien agacer (« c'est un exercice de style ») qu'enchanter. Mais au final, demandera-t-on, qu'arrive-t-il à ce couple ? Un tel échange de haute volée entre un homme et une femme est-il parvenu à surmonter la différence d'âge, à changer les situations concrètes de l'un et de l'autre (les deux étant déjà engagés), à inaugurer une nouvelle aire de vie ? Non, même pas, l'écrivain américain et son amante anglaise finissent par se séparer... « Pourtant, ils arrivent ensemble à inventer des éclats de bonheur. Notre mortalité nous offre un cadeau infini : le désir. C'est un film hanté par la mort et pourtant c'est une utopie traversée par le désir », conclut Arnaud Desplechin dans une interview de présentation. La mort, le désir, le bonheur, des sujets bien graves qu'ailleurs on traiterait en rugueux mélodrame mais que ce film aborde avec cette élégante distance qu'ouvre l'intelligence du verbe, et que suscitent jeux formels et variations thématiques.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
13-01-2022
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°127

L'artiste du mois :
Catherine Lopes-Curval

Stefano Soddu[MA&MD]
Pierre Delcourt
en quête d'un absolu du visible
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com