logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
01-12-2022

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Cyprien Gaillard à Paris

La chronique de Pierre Corcos
Partir, créer

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Le mystère et l'évidence
Même si Pacifiction du réalisateur catalan Albert Serra trahit un peu à la fin son propos qui est surtout de ne pas en avoir, ce long film (2h45) crée, maintient, épaissit le mystère. Naguère Serra magnifiait le silence dans son chef-d'oeuvre La mort de Louis XIV (cf. Verso Hebdo du 17-11-2016) ou encore les ténèbres dans Liberté (cf. Verso Hebdo du 19-9-2019). « Toutes les choses ont leur mystère, et la poésie, c'est le mystère de toutes les choses », disait Federico Garcia Lorca. Artiste baroque, Albert Serra bannit la claire raison de toute son oeuvre, touffue et d'une poésie sombre. L'intrigue elle-même participe à ce mystère qui, tel un brouillard nocturne, voile, embrume sans cesse le film... Le haut-commissaire de la République De Roller (Benoît Magimel, très inspiré par son rôle) vient faire une tournée d'inspection en Polynésie française. Et là il apprend, notamment de milieux indépendantistes très mécontents, qu'il serait question d'une reprise imminente, mais tenue secrète, des essais nucléaires dans les îles. Or il n'est pas au courant et se sent mis à l'écart, on lui cache quelque chose. Alors, entre visites et prises de contact il enquête. Et les indices qu'il recueille ne font qu'aggraver le mystère : un sous-marin au large... Un espion américain... Un nombre et un va-et-vient inhabituels de marins sur l'île... Paranoïa, perte de saisie sur le réel. C'est l'occasion pour De Roller, personnage lui-même ambigu et aux lunettes fumées bleues, de s'épancher, dans une ambiance digne d'Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad, sur l'opacité du politique : « On pense être les maîtres mais on ne contrôle rien ». Et qui a-t-il choisi comme sa complice, son habituelle confidente ? Une vahiné transsexuelle au charme totémique (Pahoa Mahagafanau). Pour compliquer l'énigme les autres personnages ne sont pas en reste : le patron mutique d'une boîte de nuit (Sergi Lopez), un amiral au comportement trouble (Marc Susini), une romancière en quête d'inspiration (Cécile Guilbert), qui infusent tous dans cette atmosphère trouble, lascive, tropicale, entre une végétation luxuriante, impénétrable (comme l'était la forêt ténébreuse du film Liberté) et un océan d'une formidable puissance... Rougeoiements crépusculaires du ciel, nuits denses, lourdes et menaçantes, lumières irréelles, voilées de fin du monde : de cette ode au mystère pareilles images composent la partie sensible. Le réalisateur a tourné avec trois caméras pour empêcher l'acteur de garder la maîtrise de son image, et il a subtilement travaillé avec les possibilités du numérique pour artificialiser ce paradis terrestre supposé. Les spectateurs qui s'accrocheront seulement à l'enquête menée par le haut- commissaire et à la prosaïque réponse qu'inutilement Pacifiction donne à la fin risquent fort de s'ennuyer et sortir déçus. Ils seront passés à côté de cette cérémonie secrète, initiatique n'affirmant ni ne critiquant rien, mais offrant au bout de sa complexe liturgie une révélation : le réel, impénétrable, ne peut au final qu'être contemplé.

Autant le film précédent était long et mystérieux, autant le documentaire franco-chilien de Patricio Guzman, Mon pays imaginaire, reste court (1h22) et d'un propos évident : montrer, exalter le soulèvement d'un peuple... Il nous fut donné l'occasion ici (cf Verso Hebdo du 12-11-2015) d'apprécier la rigueur et la précision du cinéaste chilien exilé, vivant en France depuis une cinquantaine d'années et aujourd'hui octogénaire. Nous y disions que sa trilogie La Bataille du Chili (six grands prix en Amérique latine et en Europe), réalisée entre 1974 et 1979 avec Chris Marker, Chili, la mémoire obstinée (1997), Le cas Pinochet (2001), Salvador Allende (2004) témoignaient de tentatives récurrentes pour maîtriser mentalement - grâce à une abondante documentation et une analyse pointue - cette horreur politique endurée par son pays. L'éblouissant La nostalgie de la lumière (2010), la somptueuse gravité du film Le bouton de nacre (2015) confirmaient ensuite un talent de documentariste s'entendant à inscrire le sens historique et politique dans une perspective plus large, voire cosmique... Dans ce film-ci, Patricio Guzman nous montre une vérité simple, éclatante, à savoir qu'irrésistible est le soulèvement d'un peuple uni et révolté. En l'occurrence au Chili et contre le régime inique du président Sebastian Piñera. C'était en octobre 2019. Et, en dépit d'une brutale répression par la police puis l'armée, ce mouvement de masse a abouti, le 19 décembre 2021, à l'élection du jeune Gabriel Boric qui représentait une gauche écologiste et féministe, tandis que pour la première fois une femme mapuche était nommée à la tête de l'Assemblée constituante. Bref une victoire complète... Dans Mon pays imaginaire, le filmage panoramique de ces foules impressionnantes que plus rien ne peut arrêter alterne avec les gros plans sur ces visages féminins décidés, limpides et sur l'évidence de leur témoignage. Ce montage, du loin au près, du collectif à l'individuel, trace dans l'esprit du spectateur des lignes nettes, comme au burin. Elles dessinent le nouveau visage créatif d'une nation dont l'allégorie est féminine... Patricio Guzman a vu l'espérance démocratique d'Allende écrabouillée dans le sang. Il fait aujourd'hui chanter avec sa caméra les couleurs pimpantes et les lignes claires d'un mouvement social qui a dissipé les fantômes lugubres du passé.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
23-11-2022
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°130

L'artiste du mois :
Hélène Muheim

Akame Kirimura[MA&MD]
Le fil rouge d'Akane Kirimura
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Pierre Delcourt
en quête d'un absolu du visible
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com