logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
29-02-2024

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Balzac, Daumier et les parisiens

La chronique de Pierre Corcos
Trois figures

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
La rose et les épines
La pièce Le Bateau pour Lipaia, adaptée du livre d'Alexeï Arbouzov par Jean-Pierre Hané, mise en scène par Gil Galliot (jusqu'au 31 décembre au Studio Hébertot) recèle en sa trame trois défis au moins pour la relation amoureuse : un environnement peu propice, des personnalités apparemment incompatibles et un âge avancé... Dans un sanatorium à Riga et dans une URSS plombée par la bureaucratie (l'action se situe en 1967), Lidia, patiente excentrique, agace prodigieusement le docteur Rodion, médecin-chef de l'établissement, un homme revêche et renfermé ; les deux personnages sont parvenus au soir de leur existence. Débordante d'énergie (d'abord vécue comme hystérique par Rodion), fabulatrice, Lidia irrite, provoque, mais séduit peu à peu cet homme dont le vieillissement, les pesanteurs administratives et le décès ancien de son épouse ont gelé les sentiments. La pièce, charmante, entend nous montrer que, même sur le tard, Éros peut sortir de sa torpeur et habilement surmonter maints obstacles. Une rose miraculeuse va éclore dans un temps et un espace hostiles... Le dramaturge russe Alexeï Arbouzov (1908-1986) a construit cette romance du troisième âge (« c'est peut-être ennuyeux de vieillir, mais c'est notre seule chance de vivre longtemps ») en un savant dosage de réalisme et d'idéalisme, en une progression crédible des sentiments, et en travaillant assez les caractères de ses deux personnages pour donner l'envie à d'excellents comédiens, en duo, de les jouer avec la subtilité requise. C'est ainsi que, tour à tour Edwige Feuillère et Guy Tréjean, Simone Valère et Jean Desailly, Genevière Casile et Jean-François Guillet ont interprété Le Bateau pour Lipaia... Et cette fois-ci Emmanuel Dechartre et Bérengère Dautun ont su, à nouveau, éviter le piège de la mièvrerie et finement doser les affects successifs de Rodion et Lidia pour que le spectateur adhère à cette histoire touchante et optimiste (« la gaîté, c'est le premier pas vers la santé » ). Dans un décor inspiré du constructivisme russe, et plus précisément des peintures d'El Lissitzky, les scènes courtes, différemment éclairées, ponctuent l'évolution des sentiments, de la franche antipathie à une promesse de bonheur à deux, « l'embarquement pour Cythère » s'effectuant dans ce Bateau pour Lipaïa. Les thèmes de la solitude, du deuil et de la dépression, de la vieillesse et du renoncement sont abordés sans emphase, avec la panacée amoureuse comme jouvence. Car, ainsi que le suggère la pièce d'Arbouzov, là où l'amour se pose, la scorie devient une rose.

Dès que la relation amoureuse commence, elle est déjà mûre pour la séparation, le divorce, la rupture... Subrepticement le termite de la désidéalisation a rongé le bel édifice, et les deux partenaires découvrent peu à peu l'égoïsme de chacun, l'incompréhension, et l'usure du désir. La rose a perdu ses pétales, il ne reste plus que les épines. Dans Ahouvi (« Mon amour » en hébreu), l'auteur et metteur en scène israëlien Yuval Rozman nous raconte la violente désagrégation, au bout de cinq ans, d'un couple formé par une Israëlienne (Tamar) et un Français (Virgile). Comme d'habitude une romance délicieuse qui s'est muée en folie nauséeuse (jusqu'au 25 novembre au Théâtre du Rond-Point). La truculence brutale de l'un sans doute inadaptée à la fragilité sensitive de l'autre, les différences culturelles génératrices de malentendus, la présence perturbatrice de l'ex-compagne de Virgile... Yuval Rozman fournit aux spectateurs quelques bonnes raisons à cette rupture, mais il laisse suffisamment de flou, de blanc pour que chacune et chacun ayant déjà vécu une douloureuse rupture puissent s'identifier aux deux protagonistes. Mais leur comportement, leurs réactions et même leurs pratiques culturelles semblent typiques d'une génération de trentenaires. Un dispositif quadrifrontal par lequel les comédiens prennent à témoin le public et parfois le rencontrent, les lumières de la salle restant allumées, vise à favoriser une sorte de familiarité avec ce couple débordant d'émotions. Et la présence rare, très originale d'un chien, élément focal dans ce couple (comme il l'était dans le magnifique roman de Kundera L'Insoutenable Légèreté de l'être), crée une effervescence scénique inhabituelle. Et si l'on n'est pas autorisé à dire qu'Yova - ou Epops en alternance - « joue » très bien (encore que...), leur prestation canine apporte beaucoup de fraîcheur au spectacle d'Yuval Rozman. Par contre on regrette que la dimension allégorique (ce couple représenterait aussi la difficile relation entre la France et Israël) qu'il souhaite inscrire en filigrane de ce ratage amoureux ne soit pas plus perceptible. Les chansons, les cabrioles et les danses, la crudité parfois des dialogues, une musique tonitruante par effractions, la fougue des comédiens (Stéphanie Aflalo, Roxane Roux, Gaël Sall) cibleront leur public. Ces accents de désespoir juvénile à la Boris Vian (« J'ai besoin de parler d'amour pour me préparer au moment où l'on se séparera, au moment où rien ne sera plus pareil », confie Yuval Rozman) se joignent en échos aux accents tragiques et dérisoires propres au théâtre de l'israëlien Hanoch Levin (1943-1999). Et pourtant, un scénario alternatif à cet échec absurde et cruel est, à la fin, envisagé par Yuval Rozman. Mais alors il faut courageusement avancer dans le vide, et chaque pas que nous faisons construit la passerelle...
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
23-11-2023
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°136

L'artiste du mois : Marko Velk
Luisa Pineri[MA&MD]
Griffures : Luisa Pinesi joue
entre surface et profondeurs
par Gérard-Georges Lemaire
Ariel Soule[MA&MD]
Rencontres au café Tortona
avec Ariel Soule
par Gérard-Georges Lemaire
Akame Kirimura[MA&MD]
Le fil rouge d'Akane Kirimura
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Pierre Delcourt
en quête d'un absolu du visible
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com