logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
15-10-2020

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Stéphanie-Lucie Mathern, le crépuscule est grandiose

La chronique de Pierre Corcos
Hong Sang-Soo, une gravité discrète

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
L'or du cinéma muet
Ce serait un documentaire mélancolique sur Dawson City, aujourd'hui un village dans le Yukon, au Canada, mais jadis, au tout début du XXème siècle, une ville effervescente de 40 000 habitants, jaillie de la célèbre Ruée vers l'or du Klondike... Un ville construite en bois, ravagée par de nombreux incendies, et un jour abandonnée quand les chercheurs d'or, les aventuriers s'en détournèrent pour d'autres gisements aurifères, en Alaska cette fois.
Alors ce serait plutôt un documentaire palpitant sur la Ruée vers l'or du Klondike, cette folle aventure qui a tenté quelques 100 000 prospecteurs, de rudes gaillards capables d'affronter un froid cruel et une contrée hostile rien que pour une étincelante poussière dans la boue. Maniant la pioche et le pistolet, des brutes hallucinées, avides, plutôt que le merveilleux gentleman incarné par Charlot dans son bouleversant La Ruée vers l'Or ! Sur cette ruée hystérique, et décevante pour la plupart (seuls 4000 prospecteurs trouvèrent finalement de l'or), d'autres films muets, moins drôles, furent tournés. Car, pour distraire nos aventuriers, en plus des salles de jeux et des bordels, il y avait le cinéma et ses innombrables films muets.
Finalement Dawson City : le temps suspendu (2020) de Bill Morrison nous parlerait davantage du cinéma muet d'alors que de Dawson, ville du Yukon, ou de la Ruée vers l'or... Cinéma muet qui s'exprime avec les gestes, mimiques, attitudes emphatiques des acteurs ; qui ponctue les séquences de textes en blanc sur fond noir ; qui concentre, enserre dans un rond un détail ; qui se fait accompagner d'un alerte piano ; qui explore la folie du mouvement par l'invention du burlesque, etc. Oui, Dawson City serait un hommage voilé au « cinéma archaïque », en nous offrant une sélection (en rapport avec les thèmes abordés) d'extraits de films muets qui, jusque dans les années 1920, furent projetés dans les cinémas de Dawson... Bien, mais d'où proviennent donc tous ces films muets, souvent détériorés, corrodés?
La réponse à cette question confère à l'oeuvre de Bill Morrison une quatrième dimension, archéologique celle-là... En juin 1978, des travaux d'excavation exhumèrent sous une ancienne piscine devenue espace de rebut, des centaines de films au nitrate, une composition chimique attestant de l'ancienneté de ces pellicules. S'en suivit un travail de nettoyage, de restauration d'un patrimoine d'autant plus précieux que 75% des films muets, estime-t-on, seraient perdus ! Alors un documentariste archéologue, notre Bill Morrison ? Ou un cinéaste historien qui étudie autant une époque et ses événements que ses personnages charismatiques ? Ou bien un sociologue critique révélant, à travers les trafics, la cupidité, la surexploitation, les logiques du profit et celles de la concentration, toutes illustrées par l'économie de Dawson, les mécanismes typiques du capitalisme ? Ou finalement un poète, un artiste qui, dans une oeuvre singulière, sans paroles dites, étonnamment musicalisée par Alex Somers, a soigneusement entremêlé tous ces niveaux de signification, en y ajoutant des photographies (un hommage au photographe Eric Hegg (1867-1947), au passage, qui sut fixer les pittoresques personnages de Dawson) et quelques interviews ?... La réponse se trouve dans cette question. Car il faut être un vrai artiste pour fabriquer un film pareil, transcendant avec aisance les nombreux thèmes qu'il aborde, et emportant le spectateur durant deux heures dans un autre espace-temps, vers cette sorte de civilisation perdue dans les neiges, dont les seuls vestiges restent des images animées et muettes en noir et blanc où s'agitent des fantômes. Images qui furent visionnées par d'autres fantômes assis dans des salles obscures, à Dawson City... Il faut être un créateur inspiré pour tirer un parti esthétique même de la corrosion de ces films : elle macule de taches et striures dansantes ces images mobiles, et Bill Morrison s'amuse avec ce mixte de figuratif et d'abstrait sur la pellicule.

Ceux qui connaissent le cinéma expérimental de l'américain Bill Morrison savent qu'il a coutume de procéder au collage/(re)montage de films retrouvés (une pratique qu'on appelle le « found footage »), et donc que son esthétique, s'appuyant sur l'archive visuelle, touche à notre rapport au temps. À ce qui, pour être sauvegardé, fut inscrit dans de multiples (mais toujours fragiles) supports : vieilles photographies, pellicules, disques. Cette fragilité même, la vulnérabilité de tout support matériel, la corrosion et la perte, comme l'incertitude, l'évanescence du souvenir, enfin le pathétique qui forcément émane de ces restes ensevelis puis exhumés, qui résulte de cette entropie à laquelle résiste, mais temporairement, la forme, caractérisent le cinéma de Bill Morrison.
Comment le réalisateur ne se serait-il pas alors entiché de ces 553 bobines de films muets conservées dans le permafrost, oeuvres de fictions et actualités ? Songeant à cette « City of Gold », Dawson, qui n'est plus aujourd'hui qu'un village oublié, à ses grands cinéma disparus, incendiés, à tous ces réalisateurs du muet qui voulaient attraper la vie, capturer le temps qui s'en va sur des films corruptibles, Bill Morrison aura sans doute été moins inspiré par le funèbre Memento, homo, quia pulvis es, et in pulverem reverteris du Livre de la Genèse que par la vision éblouie d'une fine pellicule d'or : le temps suspendu. Et le cinéma.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
17-09-2020
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°121

L'artiste du mois : Catherine Viollet
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com